Un blog dédié aux femmes

Il suffit d’ouvrir pour aimer …

Lettre-noemie
10 Juin 2015

Il suffit d’ouvrir pour aimer …

Par Maïtie Trélaün dans Noemie

On attend souvent de l’autre qu’il soit plus ceci ou plus cela dans les relations amoureuses, qu’il soit plus doux dans ses gestes, qu’il aille plus lentement, qu’il soit plus présent… On espère qu’ainsi on aura davantage de plaisir… Et si, la sensation de plaisir ne dépendait que de la manière dont on interprète le contact proposé par l’autre ? Et s’il suffisait de s’ouvrir pour aimer ?

Montpellier,
le 10 juin 2015

Hello les Miss

Pfou ! J’en ai marre du bac ! Ça me gonfle car je vois pas le sens de tout cela… Mais il faut quand même y passer !

C’est pas l’autre qui me fait plaisir, c’est moi qui prend plaisir ou non à ce qu’il me fait !

Du coup je me fais chouchouter par mon James et je découvre des choses étonnantes. Je sais pas encore quoi en faire, alors je commence par vous le livrer !

L’autre jour, j’étais au pieu et James me caressait doucement comme il sait si bien le faire. Et moi j’avais pas envie de bouger. Donc je sentais sa main sur mon bras, sur mon cou mais juste un truc extérieur que je laissais faire.

James continuait toujours de la même manière avec sa patience habituelle. Si bien qu’à un moment, c’est devenu insupportable pour moi, j’avais l’impression d’être un objet qu’il convoitait dont il se servait pour son plaisir… Bref, film noir, entrée de l’enfer… J’ai pas à vous faire un dessin !

J’ai failli l’éjecter avec force et puis, j’ai ouvert les yeux et j’ai vu son sourire qui m’a toujours fait craquer avec en plus une mèche folle qui courait sur sa joue. Du coup, le film noir s’est envolé et ses caresses ont commencé à me faire frissonner, elles éveillaient pleins de sensation dans mon corps. J’avais l’impression qu’il le réveillait avec une féérie de couleurs…

Pourtant, James n’avait rien changé dans son geste. J’étais éberluée : avec le même geste en 5 minutes j’étais passée de l’indifférence, à la souffrance puis au plaisir. C’est donc que cela ne dépendait pas de James, mais de moi !

En fait j’ai eu l’image d’une porte :

  • si elle est simplement fermée : c’est neutre
  • si elle est verrouillée : c’est l’enfer
  • si elle est ouverte c’est la joie, le plaisir

Je trouve ça fou, parce qu’en fait à chaque fois que je reproche à James que ses caresses sont pas assez ceci ou cela… ça dépend en fait juste de comment j’ouvre la porte !

C’est comme si quand j’ouvre la porte, l’amour peut rentrer et sortir ; alors que quand je ferme, je m’isole et je me sens en manque d’amour.

Et en plus j’ai l’impression que c’est contagieux parce que quand j’ouvre, ça multiplie mes sensations mais apparemment ça les change aussi chez James du coup ses gestes deviennent différents encore plus doux, encore plus savoureux, encore plus comme j’aime. Et il a juste suffit que je dise oui avec mes cellules au début ! C’est trop fou !

Je sais pas encore ce que cela va changer dans ma vie… mais je trouve ça fou ! C’est pas l’autre qui me fait plaisir, c’est moi qui prend plaisir ou non à ce qu’il me fait ! J’ai l’impression de grandir.

Vous en pensez quoi les miss ? Ça me rappelle un peu quand t’avais parlé du désir et de la sexualité féminine Manoue… je te comprends mieux maintenant.

Kiss, kiss

Noé

  • Blondinette 27 juin 2015 at 8 h 18 min / Répondre

    Oh oh, ce texte me parle enormement !
    Je vais essayer d’ouvrir la porte…

    • Maitie 17 juillet 2015 at 18 h 38 min / Répondre

      Je suis contente que ce texte te parle. Tu sais, au lieu d’essayer, tu peux expérimenter… comme c’est pas possible que tu rate. Alors, belle expérimentation… Tu verras, ça vaut le coup !

Laissez-nous vos commentaires