Un blog dédié aux femmes

Mon cycle et la pilule

Lettre-Noemie2
17 Juil 2015

Mon cycle et la pilule

Par Maïtie Trélaün dans Noemie

On pense souvent que lorsque l’on prend la pilule on ne peut pas être à l’écoute de son cycle. Pourtant, les perceptions sont différentes tout en étant présentes. Donc la femme qui souhaite être à l’écoute de ce cycle féminin qui l’anime peut le faire même sous pilule. En revanche, ça change souvent sa manière de prendre la pilule.

Montpellier,
le 15 juillet 2015

Salut les filles !

J‘suis full d’ac avec toi Manoue, être amoureux c’est un état ça dépend pas d’un copain ! C’est trop cool que t’ai senti ça.

et en même temps je ne la laisse me couper de moi

J’ai gardé le silence parce que j’suis passée par tous les états ! Ma mère a voulu que j’prenne la pilule. Elle a la trouille que j’tombe en cloque ! Mais c’est ça trouille et j’ai pas à en faire les frais ! Moi j’ai pas peur et j’suis pas inconsciente comme elle le dit, j’suis plus une gamine comme elle le croit. Parfois j’la trouve plus gamine que moi… et ça m’gonfle… je me sens super seule à c’moment-là… J’comprends plus !

Mais bon, j’ai pris la pilule. Ça fait 4 mois déjà ! Au début elle m’écœurait, j’étais insupportable, à chialer pour un rien, à hurler pour encore moins… C’était un volcan dans moi, j’étais révoltée contre ce truc chimique dégueulasse qui tuait mon cycle.

Et puis, un jour j’étais vraiment au fond et c’est comme si mon cycle me prenait par la main et me disait : “tu sais, je suis pas mort, ma voix est juste plus subtile”. J’y avais pas pensé ! Je pensais pas que je pouvais encore ressentir mes saisons même si je prenais la pilule ! J’en ai dansé de joie…

Et depuis, je suis à l’écoute. Ça me demande une énorme attention et en même temps je retrouve des saveurs que je connaissais d’avant. J’en prends soin pour ne pas perdre le fil… comme si c’était le fil de moi-même, le fil qui me relie à ce qui vit en moi.

Pour ça, tous les jours avant de me lever, je pose mes mains sur mon utérus, sur mes ovaires et je leur parle. C’est comme si je les rassurais sur ma présence même si je prends des médoc qui les font taire. et c’est tout doux pour moi. En fait ça m’a permis de faire la paix avec la pilule, du coup elle me dérange plus… et en même temps je ne la laisse me couper de moi… C’est moi qui commande !

Chaque soir, avant de prendre la pilule, je prends un temps, pour écouter mon corps, pour laisser résonner la journée et j’écris, comme si je parlais avec mon cycle. Je me rends compte que les couleurs de mes saisons transparaissent dans mes états d’âme… alors je suis en paix.

Bon, en même temps je comprends pas que depuis le temps que le problème existe on n’ait pas trouvé un moyen plus humain pour ne pas avoir d’enfant, un moyen qui soit pas juste une barrière… J’sais pas, un truc qui dise “pas dispo maintenant”. J’suis sûre que j’vais trouver.

Kiss kiss

Noé

Laissez-nous vos commentaires