Un blog dédié aux femmes

Lorsque fatigue et excitation s’entrelacent

Lettre-noemie
06 Mar 2015

Lorsque fatigue et excitation s’entrelacent

Par Maïtie Trélaün dans Noemie

Il arrive fréquemment que nous alternions des hauts et des bas, des coups de blues, de fatigue voire d’épuisement et des temps d’excitation. Qu’est-ce que cela nous dit ? Comment gérer cette alternance ? Noémie nous lance l’idée du “doudou d’hiver”…

Montpellier,
le 6 mars 2015

Hy

J‘ai remporté une grande victoire sur moi-même. Je parviens à poster cette lettre avec 2 jours de retard sans m’empêtrer avec cette bonne élève qui me colle au froc ! C’est une première, j’ai tellement toujours peur d’être en retard…

ça me demande de pas avoir peur de ma puissance de Femme

Et en plus, c’est pour un truc trop top cool mais pas si fastoch en fait. Voilà, le printemps pétille partout dehors et ça me fait pousser des ailes. Du coup, je saute comme une puce, je suis excitée comme trois sacs de chats, je tiens pas en place… et je fatigue tout le monde et même moi. Surtout que je tiens plus compte de cette période creuse autour de mes règles. Alors c’est naze !
Parce que, du coup… Je me donne à fond, j’écoute que ce qui pétille et tout à coup, y’a plus personne au numéro demandé. J’suis crevée, vidée… plus de batterie… Jusqu’à ce qu’une fleur, un oiseau, une idée me fasse pétiller et je repars de plus belle. Mais en fait je sens que je me respecte pas. Et ce qui est pas respecter c’est très loin au fond de moi, c’est caché, ça pleure en silence. C’est pour ça que j’ai eu du mal à le trouver.
Je l’ai compris quand je me suis réfugiée, épuisée sous ma couette au 3ème jour de mes règles. J’avais mal au ventre… et c’est pas comme ça d’habitude. Et j’ai réalisé que j’avais complètement zappé ce temps de moi à moi, ce temps cocon qui me permet de me retrouver, de souffler. J’ai réalisé que le printemps de la Terre me faisait négliger mon hiver. Et ça va pas, ça passe pas !
Alors j’ai eu une idée géniale ! Je me suis fait un doudou d’hiver. C’est trois fois rien , c’est un petit foulard tout doux que je peux toujours avoir avec moi. Et en fait, son contact me calme, il calme mon excitation, il l’enlève pas mais c’est comme s’il lui donnait du poids. Du coup je peux aller vers ce qui me fait pétiller avec le printemps sans m’y précipiter à corps perdu. C’est un pense bête qui me rappelle à moi. J’ai l’impression que je peux m’élancer dans le printemps avec moi, sans m’oublier, sans oublier mon rythme à moi… Et du coup c’est plus doux, c’est plus fluide, c’est fun. Je le déguste. Cela me fait sourire parce que je savoure ce vers quoi je vais, je savoure le chemin qui m’y amène et c’est comme si ça coulait en moi et que ça prenait le temps… c’est hyper sensuel en fait! Cela m’apprend à prendre le temps, à savourer le temps. Mais ça me demande une méga présence et puis surtout, ça me demande de pas avoir peur de ma puissance, de pas avoir peur de ma puissance de Femme.
J’suis super fière de moi et fière de mon doudou d’hiver !

Allez à toi Cam… Comment tu t’en sors ? Tu tiens le choc ? ça doit être trop cool d’avoir un môme et en même temps quelle responsabilité !

Kiss, kiss

Noé

Laissez-nous vos commentaires