Un blog dédié aux femmes

Ecouter son Enfant Intérieur

Lettre-noemie
12 Fév 2014

Ecouter son Enfant Intérieur

Par Maïtie Trélaün dans Noemie

Trouver des astuces simples pour mettre du pétillant dans sa vie et transformer les devoirs en partie de jeu. C’est ce que nous propose Noémie cette adolescente qui devient Femme et découvre les règles. Elle regarde le monde des adultes avec le pétillant de son Enfant Intérieur. Et vous, quelle place donnez-vous à votre Enfant Intérieur ? Savez-vous écouter avec le cœur ?

Montpellier
le  12 Février 2014

Coucou les misssss

J’étais très excitée à l’idée de lire ta lettre Manoue. Cela me dit que c’est possible, que c’était pas un rêve ce que j’ai vécu avec vous. Waouuuh ! Trop génial !

Pourquoi les mères, elles savent pas jouer avec la vie ?

J’te sens tout alanguie et un peu perdue, Manoue. Tu sais, moi, pour savoir ce que j’aime, j’écoute ce qui me fait pétiller, ce qui me fait sourire. C’est pas forcément des choses gaies. Tu vois quand j’ai mes devoirs à faire et que ça me gave, je me demande quel personnage pourrait être passionné par cette leçon d’histoire par exemple. Et je le mets en scène avec son costume, ses gestes, ses mimiques. J mets aussi la musique qui lui convient (ce qui hérisse ma mère d’ailleurs car elle ne conçoit pas que je puisse apprendre dans un tel vacarme comme elle dit!). Du coup, ça devient passionnant de faire mes devoirs. J passe presque plus de temps à créer les personnages… Mais après les choses se font plus vite !

J sais que, quand j’aime quelque chose, ça me remplit d’une sensation de légèreté qui me donne de l’énergie. Si ça m’assombrit et me pèse, c’est que j’aime pas… Alors, j’trouve toujours un moyen pour pas le faire.

Ouvres tes yeux comme une petite fille, Manoue, pour retrouver c’que t’aimes. Tu verras, c’est kifant !

J’comprends Marion. J’ai beaucoup de mal avec le fait que Johann soit parti. C vrai que j’avais du mal à le supporter mais en même temps il était là, il prenait sa place. Maintenant, c’est vide, j’ai plus personne après qui rouspéter. C comme si la maison était trop sage. J’aurai besoin que ce soit vivant, que maman elle s’amuse, elle rit, qu’elle se fasse plaisir… qu’on puisse faire les folles ensemble. Y’a que quand on va toutes les deux dans un bal folk et qu’on danse ensemble que je sens cela. Pourquoi on peut pas danser la vie ? Pourquoi les mères, elles savent pas jouer avec la vie ?

Quand j’ai eu mes règles, j’ai pensé que c’était ça qui plombait les femmes : d’avoir des règles qui s’imposent si souvent! J ne sais jamais quand est-ce qu’elles vont se poindre et ça me tape sur le système ! J suis insupportable dans cette période. Et, quand elles débarquent, d’un côté ça me soulage mais d’un autre y’a cette gêne sourde dans le bas de mon dos et le bas de mon ventre qui fait que j’ai juste envie de me mettre en boule sous la couette et de penser à rien. Mais bien sûr, je peux pas le faire, car cela n’arrive pas que le dimanche matin ! Alors ce sont des jours où je me traîne en faisant la tronche. Tout le monde me gonfle. J’ai envie de mettre un panneau : «fermé, do not disturb !»

J t’envoie la balle Cam ! Peut-être que t’as des trucs à me donner ! Alors, dis, t’as un p’tiot ou pas ? Ça doit être fou de sentir un bébé dans son ventre.

Bises à toutes

Noémie

 

Laissez-nous vos commentaires