Un blog dédié aux femmes

Coup de blues menstruel

Lettre-Noemie3
07 Mai 2014

Coup de blues menstruel

Par Maïtie Trélaün dans Noemie

Ce que l’on appelle le syndrome prémenstruel, perturbe les femmes à chaque cycle. Elles n’ont pas toujours conscience de ce qui leur arrive, elles le traduisent souvent comme un simple coup de blues. En fait, elles vivent un véritable changement d’état de conscience, comme nous le partage Noémie. 

 

 

 

Montpellier,
le 7 mai 2014
 

Hy les girls !

  

Je suis dans la mauvaise période de mon cycle … même s’il n’est toujours pas très régulier. Mauvaise, parce que je sais pas comment la vivre. Je suis pas bien, mal dans ma peau, j’ai le blues… je supporte personne.

Je suis mes pas même si je sais pas où ils me mènent

J’en ai jamais parlé à personne et aujourd’hui, parce que c’est le moment de vous rejoindre, j’ai que ça en tête parce que c’est partout en moi… alors je vous le dis. Peut-être vous aurez des idées pour moi.

 

D’un côté c’est bien parce que ça me dit que je vais avoir mes règles… même si ça peut être quelques jours après. Mais d’un autre côté, tout me pèse, même mon corps. J’ai pas d’envies sauf de dessiner avec mes doigts… Je fais des formes spiralées, des courbes sans fin. Le must c’est de manger une danette en la renversant dans l’assiette et de dessiner avec mon doigt. Je choisis le parfum de la danette en fonction de la couleur de l’assiette. Et là, je m’évade du monde, je m’évade de tout ce qui pèse… je rêve. Ma mère supporte pas ! Elle comprend rien !

 

En cours, je fais pareil avec de l’encre que je verse sur une feuille et je dessine avec un trombone. Le plus dure, c’est d’avoir la goutte d’encre ! J’kifferai trop d’être un oiseau avec ses grandes ailes qui s’envole quand y veut et qui va où y veut.

 

Moi, dans ces jours-là, j’sais pas où j’veux aller. On me demande de m’orienter pour mes études. Moi, je m’oriente avec les étoiles, avec la lune, avec le soleil. Je suis mes pas même si je sais pas où ils me mènent. Ils font comme mon doigt dans la danette… ils suivent un chemin invisible qui se trace sur la terre. Si quelqu’un regarde de là-haut, je suis sûre que ça fait un beau dessin, un dessin qui fait sourire, qui fait rêver. C’est peut-être ça qui est important : la poésie de nos pas sur la Terre ! Quand vous regardez dans la rue… y’ a combien de gens qui dessinent leur chemin ? Je sais même pas si y savent où sont leurs pieds. A quoi ça leur sert leur vie ? Si on regarde d’en haut, c’est que des “aller et retour”… c’est ce que je fais sur ma feuille quand je fais des ratures… je passe et je repasse toujours au même endroit.

 

En fait, dans cette période qui annonce la mer rouge, je suis poète de mes pas sur la Terre ! Et ce qui est marrant, c’est que j’ai l’impression d’avoir la tête reliée aux étoiles pour le faire. J’arrive à me concentrer sur rien, par contre j’ai l’impression de lire dans les étoiles. Tous mes sens sont ouverts comme s’ils étaient plus aigus. J’ai l’impression de suivre le dessin des odeurs dans l’air, de sentir l’espace qu’il y a entre moi et chaque chose, chaque personne comme si c’était quelque chose de dense… J’ai l’impression de voir à 360°. Par contre les bruits c’est l’enfer ! Et si quelqu’un a le malheur de crier… c’est pas possible, ça m’explose littéralement. C’est pour ça que j’ai envie de sortir de là.

 

Manoue, quand tu parles de l’hélicoptère au moment de l’écho pour ton p’tiot Camille … ça m’effraye ! Je sais pas comment y peut vivre ça ! Rassure-le ! Et pourquoi tu fais ça ? T’es obligée ? On peut pas t’obliger à faire un truc si tu veux pas, surtout si ça concerne ton môme.

 

Bon j’arrête mes histoires, parce qu’elles sont pas très drôles. Je crois que j’ai perdu mon soleil !

 

Kiss

Noé

(qui se noie dans son déluge intérieur… si vous avez une arche … je suis preneuse !)

Laissez-nous vos commentaires