Un blog dédié aux femmes

Le conte de ma naissance

Lettre-Noemie3
09 Sep 2014

Le conte de ma naissance

Par Maïtie Trélaün dans Noemie

Mettre au monde son enfant est un moment inoubliable qui parfois laisse un profond traumatisme comme il peut être une perle de beauté. Noémie nous partage le récit de sa naissance, instant magique autant que magnifique …

Montpellier,
le 10 septembre 2014

Hey, les belles !

J‘ai vécu un moment que j’oublierai jamais. J’ai suivi ton questionnement Cam et je suis aller voir ma mère hier soir. J’avais envie de tout doux entre nous… un peu comme des fois où j’ai envie d’être encore toute petite et de me blottir dans ses seins. Elle a du le sentir … j’l’ai vu à son sourire !

elle a vu dans mes yeux le regard d’un maître

“Comment j’suis née ?”… Elle m’a prise dans ses bras, je me suis blottie et j’ai écouté.
Elle m’a parlé de quand elle m’a attendue, espérée et puis qu’elle a su que j’étais là… dans son ventre, alors que rien en pouvait le prouver.
Elle m’a dit les premiers frémissements, les peurs de me perdre, la solitude, la fatigue… et puis aussi, le soleil que j’apportais dans sa vie, une confiance profonde dans la Terre, dans ses racines, dans ses ressources.
Son père est mort pendant la grossesse… Elle avait l’impression que je lui prenais la main pour traverser ce passage et que de l’autre main j’accompagnais son papa dans le monde où j’étais encore un peu.
Et puis, un jour j’ai frappé à la porte. C’était la nuit… tout dormait dans la maison … et puis Johann s’est réveillé… elle lui a raconté une histoire… elle savait que quelque chose allait changer dans leur relation… peut-être que Johann le sentait aussi car il lui a dit : “t’inquiète pas maman, je vais pas partir tu sais”. Et puis Mamie l’a emmené se promener dehors. Il a fait un bisous sur le ventre “à tout de suite” il a dit. Comment il savait !
Maman a alors perdu les eaux et tout s’est accélérer. Elle s’est fait couler un bain et s’y est mise accroupie. Elle faisait des sons, ça lui permettait d’ouvrir, de se laisser emporter. Elle avait l’impression de tout sentir ce qui se passait dans son corps, la porte qui s’ouvrait, moi qui descendait… Elle savait que j’arriverai avant la sage-femme… mais elle avait pas peur… elle savait que ça allait bien pour moi. Elle était en contact avec quelque chose de très puissant en elle qui savait.
Et puis, son corps s’est redressé, elle est sortie de l’eau et elle s’est mise à pousser. Elle sentait que j’arrivais, c’était impérieux, c’étaient des spasmes qui prenaient son corps. Elle s’ouvrait, encore et encore… c’était sans fin et en même temps c’était tout doux et tellement puissant. Avec sa main elle sentait ma tête… Elle riait, elle pleurait… ça poussait … La tête est sortie ! Elle a soufflé, elle m’a caressé la tête, elle m’a parlé. Papa était là ! Elle pouvait s’appuyer contre lui, elle sentait sa respiration… mais il ne disait rien. C’était bon de le sentir là, comme un socle sur lequel elle pouvait s’appuyer pour reprendre des forces et souffler un peu.
Elle a eu peur d’un coup que je reste coincé alors elle a hurlé le nom de la sage-femme… et ça m’a dégagée… j’ai glissé dans ses mains. Papa l’a déposée sur un matelas par terre … elle m’a prise dans les bras et elle a croisait mon regard… Elle s’est sentie toute intimidée… elle a eu l’impression que je venais de si loin … elle a vu dans mes yeux le regard d’un maître qui plongeait en elle comme si je voulais voir qui s’était vraiment ma mère ! Elle était toute intimidée…
Elle a eu l’impression que l’éternité s’étirait autour de nous.
La sage-femme est arrivée, elle a coupé le cordon… et ça a coupé la magie de l’instant. Papa m’a donné mon bain et quand maman m’a reprise dans les bras, j’avais le regard d’un bébé… de sa fille !

C’est marrant parce qu’elle disait tout ça en riant et en pleurant, comme si c’était encore au bord de ses cellules. C’était un moment magique ! On est restée comme ça dans les bras l’une de l’autre pendant un temps infini.

Quelque chose a changé dans notre relation… une connivence profonde amène une douceur dans nos câlins ! J’ai presque envie d’être maman !

Je comprends que ça doit être frustrant quand ta mère te dit rien ! C’est si unique comme moment … ça peut pas être rien !

Kiss kiss

Noé

  • Ge 17 septembre 2014 at 2 h 33 min / Répondre

    Merci Noémie d’avoir partagé ce récit avec nous! J’en ai encore des frissons… Ta maman t’a fait un beau cadeau et il doit certainemenr te permettre de te contruire femme tous les jours!

    • Maitie 18 septembre 2014 at 10 h 47 min / Répondre

      Il m’apporte une joie sereine au fond de moi… et c’est sûr que ça m’aide..; C’est comme si quelque part j’avais un sourire qui pouvait me réchauffer dans les jours gris.

Laissez-nous vos commentaires