Un blog dédié aux femmes

La beauté est au-delà de la mutilation

Lettre-Noemie2
23 Oct 2014

La beauté est au-delà de la mutilation

Par Maïtie Trélaün dans Noemie

Le film Fleur du désert parle de l’excision, mais au-delà, il parle de cette beauté noble que toute femme porte en elle, cette beauté de reine. Pourquoi la délaisse-t-elle ?

Montpellier,
le 22 octobre 2014

Hello Misses

J‘ai envie de vous partager un truc fou que je viens de voir : un film ! J’en reviens pas tellement il m’a émue. C’est Fleur du désert. Vous savez, on a vachement entendu parlé du livre et je suis tombée sur le film par hasard.

On s’accroche à nos blessures et on oublie notre beauté…

L’histoire est bluffante, j’arrive pas à croire que c’est vrai… et pourtant quand on entend parler Waris, l’auteur, on ne peut que réaliser à quel point c’est vrai.
J’avais jamais réalisé que tant de femmes étaient excisées dans le monde… Quelle violence ! Comment les mères peuvent-elles y mener leurs filles et se soumettre à cette mutilation…
Mais au-delà de ça, j’ai trouvé trop forts plein de passages. Quand la mère comprend que sa fille va s’enfuir, va affronter le désert au risque d’en mourir, elle laisse faire. Elle respecte le choix de sa fille qui a 14 ans et qui fuit le mariage forcé, les traditions, la soumission. J’ai même l’impression qu’elle espère que sa fille réussisse là où elle-même a échoué… elle a confiance. C’est comme si elle lui disait : “Va, vis et reviens !”. Si seulement ma mère pouvait me dire ça  au lieu du “n’y va pas, c’est dangereux” !
Ce qui me fascine, c’est que cette fillette qui devient une femme n’a jamais perdu une once de sa dignité, même quand elle erre pieds nus en fouillant les poubelles pour survivre. Même là elle ne s’abandonne pas, elle se respecte dans chacune de ses cellules, elle est belle dans ses haillons car sa beauté vient d’ailleurs, elle vient du fond de son âme, de son cœur : elle est pure. Elle n’a pas de rancœur, elle n’a pas de colère, elle ne vit pas une injustice… Elle vit, elle fait ses choix, elle ne subit rien.
Je suis impressionnée de la puissance de sa Femme Sauvage qui l’a orientée dans le désert, qu’il l’a amenée en Angleterre, qui lui permet de se faire une amie, de devenir mannequin… Quelle ascension ! Mais ce que je trouve vraiment beau, c’est que devenue une star, elle ne s’abandonne pas, elle se respecte, elle reste elle-même sans prendre la grosse tête. Pas d’orgueil, pas de jugement … Elle lâche la gloire pour revenir à l’humain, à la femme, à son histoire… Elle suit son chemin qui maintenant lui ouvre les portes de l’ONU où elle œuvre pour libérer les femmes de l’excision.
Pas de remords, pas de regrets … elle accueille : “J’aime ma mère, j’aime ma famille, j’aime mon pays… J’aimerais que toutes les femmes soient fières d’être femme !”. J’en ai la chair de poule !
A aucun moment elle ne s’est positionnée en victime. Il n’y a pas de bourreaux, ni de sauveurs. Il y a juste quelque chose à changer, une information à donner, un soutien à apporter pour que la femme retrouve sa dignité et qu’elle soit fière d’être une femme.
Cette femme me donne un sacré punch ! Elle me permet de me poser dans mes baskets sans doute, sans crainte, sans hargne, sans attentes : je me sens alors pleinement moi et pleinement vivante.
Dans la rue, j’ai l’impression de ne voir que des femmes qui se sont abandonnées : pourquoi ? Qu’est-ce qui nous fait basculer ? Vous savez vous ? On s’accroche à nos blessures et on oublie notre beauté…

Bon, j’ai pas beaucoup parlé de moi et en même temps, je suis si heureuse d’avoir trouvé cette part noble de moi. Si vous l’avez pas pu, achetez le film, vous le regretterez pas et en plus ça soutien Waris dans son œuvre. 

Vous êtes belles mesdames et j’ai envie de vous embrasser

Noémie

Laissez-nous vos commentaires