Un blog dédié aux femmes

Vers une sexualité féminine

Lettre-manouella2
24 Fév 2015

Vers une sexualité féminine

Par Maïtie Trélaün dans Manouella

La sexualité de la femme change à la ménopause en lien avec les changements de son corps et de son sexe. La femme devient responsable de son plaisir, de son process. c’est comme si elle devient alors l’initiatrice de l’homme pour l’accompagner dans une autre sexualité, une sexualité de vie.

Saint Paul de Vence,
le 25 février 2015

Mes chères amies

J‘aime vous lire et même vous relire. Ta remarque sur les odeurs est très juste Camille. Il y a des odeurs qui rassurent… souvent celles de nos proches. Elles rassurent et elles ouvrent le cœur !

ce n’est pas la peine d’attendre la ménopause pour vivre cela

De mon côté, je m’installe dans la ménopause, mon corps change jusque dans l’intimité. Cela m’oblige à trouver de nouveaux chemins dans ma sexualité. Je ne peux plus supporter la moindre stimulation qui cherche l’excitation. C’est comme si tout ce qui éveillait moon désir avant n’agissait plus voire même me fermait immédiatement.
Au début, j’ai cru que je n’avais plus de désir sexuel. Je culpabilisais, je ne me sentais pas “normale”. Et j’ai commencé à m’enfermer dans la solitude sans m’en rendre compte. J’avais même peur de voir Yann, car je sentais son désir… et j’avais peur de le décevoir.
Et puis un jour, j’en ai eu marre. J’ai secoué tout ça. J’ai réalisé que je rêvais de sexualité, d’une sexualité douce, pleine, audacieuse, sensuelle. Une sexualité que je n’avais jamais connue. Et si c’était possible de la vivre ?
C’est ce qui m’a donner le courage d’en parler avec Yann ; je lui ai partagé mes questions, mes doutes, mes peurs. Il a su m’accueillir et j’ai senti que ça ne l’inquiétait pas. J’ai pu accueillir qu’il puisse avoir du désir (donc me trouver désirable !!!) pour moi sans avoir envie de faire l’amour. Je n’avais jamais réalisé cela. Du coup, j’ai pu accueillir son désir. Et à travers lui j’ai recommencé à me sentir désirante. C’était énorme ! Et j’ai pu m’ouvrir tout doucement à un contact autre, un contact tendre même s’il est plein de désir. Je ne savais pas que c’était possible. Cela a changé des choses dans mon rapport à Yann , comme si je le voyais davantage dans sa puissance d’Homme, capable de gérer ce qui se passe en lui.
Depuis, nous avons commencé à explorer autres choses, d’autres approches. J’ai besoin de réveiller ma sensualité avant ma sexualité. Je me rends compte à quel point cela me demande de prendre la responsabilité de mon processus, de mon plaisir et de l’exprimer. J’ai l’impression de me mettre à nu… ce qui est un comble en matière de sexualité !
C’est comme si j’avais à trouver le mouvement de mon corps, un peu comme une vague plus ou moins, lente, plus ou moins ample, qui parfois s’envole en spirale et d’autre fois serpente de haut en bas de mon corps. C’est quelque chose de langoureux et de très puissant comme si un serpent animait mon corps.
Yann est parfois désemparé. Lorsqu’il fait corps avec c’est fabuleux. Je ne sais plus, alors, qui impulse quoi : c’est comme si nous avions “un corps pour deux âmes” comme dirait Osho.
En fait, je gagne en sensibilité, c’est comme si mes cellules fleurissaient partout dans mon corps. Cela me procure un plaisir beaucoup plus vaste.
Je me dis que ce n’est pas la peine d’attendre la ménopause pour vivre cela. c’est expérimenter une sexualité plus féminine parce que plus à l’écoute des sensibilités, une sexualité sans performance, juste avec de la présence et du plaisir… tant de plaisir et surtout si varié.
Cela me rappelle un peu quand tu nous as partagé ta première fois Noémie.

Je vous embrasse

Manoue

Étiquettes : , ,

Laissez-nous vos commentaires