Un blog dédié aux femmes

Qu’est-ce que la conception ?

Lettre-manouella2
26 Fév 2014

Qu’est-ce que la conception ?

Par Maïtie Trélaün dans Manouella

Les difficultés de conception d’un enfant amènent souvent à se focaliser sur la mécanique biologique au détriment de la relation de couple. Faire un enfant prend le pas sur faire l’amour ! La peur fait perdre à la femme le pétillement de son  enfant intérieur. Et si c’était lui qui appelait la vie? Découvrons ce qu’en pense Manouella dans sa dernière lettre. 

 

Saint Paul de Vence
le 26 février 2014

Bonjour à vous belles Dames,

 

Vos lettres me réjouissent et je deviens impatiente à les lire. Je me mets à espérer le facteur comme si j’étais amoureuse… C’est tellement agréable, surtout que je ne suis pas déçue quand il n’y en a pas. Je savoure l’attente car j’ai l’impression qu’elle nourrie ma joie.

Camille, tu me fais sourire à vouloir tout contrôler. Ce n’est pas possible avec un enfant !

On ne fait pas un enfant avec la tête, mais avec le cœur !

La conception d’un enfant va bien au-delà de la mécanique de notre corps. J’ai rencontré bien des couples qui avaient conçu un enfant à un moment où la mère ne se croyait pas fertile, mais, comme par hasard, cette fois-là leur rencontre amoureuse était exceptionnelle. L’ovulation peut être déclenchée par un bain d’amour extra-ordinaire (j’entends par là que ce n’est pas comme d’habitude!). Donc, chercher à faire coïncider les rapports avec l’ovulation au risque de compromettre la qualité du lien, ne me semble pas judicieux. On ne fait pas un enfant avec la tête, mais avec le cœur !

L’enfant est une énergie d’amour pur qui vient s’incarner en habitant un corps humain.

Le meilleur moyen de lui donner envie de venir, c’est de rayonner cette énergie. Prenez un temps tous les deux, loin de vos soucis, de votre quotidien, dans un endroit qui vous fait pétiller. Retrouvez-vous en jeunes amoureux insouciants. Aimez-vous ; aimez faire l’amour. Oubliez le désir d’enfant ! Faites-le pour vous, pour votre couple !

Lorsque l’on désire, on se projette sur l’enfant, on s’agrippe à lui.

Il s’agit de s’ouvrir à un enfant quel que soit le moment où il viendra. Je sais que c’est dur de ne pas focaliser sur son absence, de ne pas s’accrocher à toutes les questions que cela amène. Aie foi en la vie ! Et vois ce que cela te fait travailler d’être dans cette attente et dans ce non contrôle.Cela me fait bizarre de te secouer ainsi, j’ai l’impression de me secouer en même temps. Mais ça me semble si évident pour concevoir un enfant, et si flou pour me concevoir moi-même. Je te secoue parce que je sais que tu peux le faire ! Si tu veux, j’ai trouvé cet article sur le projet d’enfant, y’a des choses intéressantes dedans.

Noémie, j’adore la simplicité avec laquelle tu vis ta vie.

Ta candeur me fait du bien, elle est pleine de justesse et de sagesse. Je mesure à quel point la mienne est loin, je ne sais même pas où je l’ai ensevelie. Retrouver le pétillant, la notion de jeu… est-ce que je l’ai eu un jour ? Je ne suis pas sûre. J’ai l’impression que je suis née sage en oubliant quelque part mon enfant intérieur. Mais j’ai quand même suivi ton conseil et je suis fière de moi ! Un jour où j’en pouvais plus de mes brumes intérieures, je suis sortie… J’ai pris ma voiture et je suis arrivée à Vence face à la Librairie Basse Fontaine. C’était impératif, il fallait que je m’arrête ! Je me suis amusée à regarder les posters pour voir ceux qui me faisaient pétiller : j’adore les femmes avec leurs bébés de Lederlé ; les ambiances de Marso m’attirent et m’apaisent. Peut-être un jour, je m’en achèterai un !

Mais ce n’est pas tout ! Je suis tombée sur un livre : “Intimité” de Osho… Il est génial ! Depuis ? Je le dévore.

Du coup, je me rends compte que ce n’est pas si difficile de suivre ce qui pétille en moi. Mais, je ne dirais pas que ça pétille pour moi. C’est quelque chose qui me tire quelque part et contre lequel je me mets à résister sans m’en rendre compte. J’ai l’impression d’avoir un enfant qui me tire par la jupe… du coup, quand je le perçois, il suffit que je le suive. Je réalise que c’est peut-être lui mon enfant intérieur ! Ca me fait bizarre de savoir qu’il est là et qu’en fait je ne l’ai pas oublié quelque part. J’ai peut-être juste oublié de l’écouter ! 

Merci à toi, à vous,…

Je vous embrasse

Manouella

 

 

Laissez-nous vos commentaires