Un blog dédié aux femmes

Puis-je ne pas vieillir ?

Lettre-manouella2
10 Déc 2014

Puis-je ne pas vieillir ?

Par Maïtie Trélaün dans Manouella

A quoi correspond le vieillissement du corps alors que nos cellules se renouvellent très régulièrement ? Que symbolise notre âge ? A quoi fait-il référence ? La vie est immortelle, pourtant nous sommes persuadés de notre mortalité même si elle nous fait peur.

St Paul de Vence,
le 10 décembre 2014

Mes chères amies

Toute mes félicitations Camille pour cette sagesse dont tu fais preuve dans tes premiers pas de mère. J’ai hâte que tu me contes ton accouchement ! Bienvenue Merlin, que la vie te dévoile sa magie et t’enveloppe de son espièglerie !

J’ai 50 ans, c’est la durée de la trace de mes pas sur la Terre

J’ai envie de vous partager ma grande découverte : en fait je n’ai pas d’âge ! Si je regarde bien, lorsque je dis que j’ai 50 ans, en fait cela parle de la durée de mon chemin sur cette Terre et non de mon âge.
En effet, mes cellules se renouvellent régulièrement, plus ou moins rapidement. Osho dit dans son livre “Maturité“, que le corps est totalement renouvelé tous les 7 ans. Donc j’ai déjà changé 6 fois de corps sans en perdre la forme. Même mon cerveau s’est renouvelé plusieurs fois.
Qu’y a-t-il d’autre qui me constitue ? Mon âme qui m’anime ou mon esprit qui m’inspire. C’est ce qui constitue la Vie qui coule en moi. Elle est moi bien au-delà du temps, de la forme de mon corps… La vie ne peut pas mourir. C’est la naissance qui s’oppose à la mort et non la vie. On ne peut pas accrocher la vie, on ne peut pas l’arrêter… elle coule. Donc ce qui est la vie en moi n’a pas d’âge.
Qu’est-ce qui fait que lorsque les cellules de mon corps se renouvellent, elles restent fidèles à mes cicatrices, à mes douleurs ? Qu’est-ce qui fait, alors qu’elles sont “jeunes”, qu’elles me montrent que mon corps vieilli ?
J’ai compris en accompagnant les femmes dans la douleur de l’accouchement entre autre que cette sensation n’était pas dans la matière mais dans l’espace qu’il y avait entre les éléments de matière. Si je regardais mon corps avec un microscope très poussé, il m’apparaitrait comme le ciel étoilé. Il y a plein d’espace entre les étoiles ; c’est pareil entre mes particules de matière. Et c’est quand il manque de l’espace que cela fait mal car “ça” ne peut plus circuler librement. “ça” pour moi, c’est la vie, ce qui m’anime, ce qui fait que je suis vivante.
Alors, est-ce que ce sont mes croyances qui me font vieillir ? Est-ce que je suis prête à accueillir que mon corps puisse se régénérer en instantané ? Je ne sais pas. Quel serait mon garde fou alors ?
Mon âge marque le temps de mon passage sur Terre. C’est le temps qui se passe entre mon premier inspire et de mon dernier soupire. Mais ce n’est pas la durée de mon souffle, puisque mon souffle est simplement un perpétuel échange entre l’univers extérieur et mon univers intérieur, entre l’infiniment grand et l’infiniment petit.
J’ai 50 ans, c’est la durée de la trace de mes pas sur la Terre, la durée de mon empreinte, de mon expérimentation. Cela ne concerne pas mon corps qui est juste mon véhicule. Ce véhicule transporte la nuance de Vie que j’incarne dans la matière même si elle est éternelle. Mon véhicule quand à lui est éphémère, il ne cesse de se renouveler sans se perdre.
Il ne tient donc qu’à moi de vieillir ou pas, mais où est le chemin qui s’ouvre alors en moi ?

Je ne sais pas où je vous emmène avec tout ça, mais je trouve ça fou… pas vous ?

A bientôt mes belles

Manouella

Étiquettes : , , , ,

Laissez-nous vos commentaires