Un blog dédié aux femmes

Portrait de Manouella

Portrait-manouella2
05 Fév 2014

Portrait de Manouella

Par Maïtie Trélaün dans Manouella

Je suis une femme entre deux âges : j’aborde la période de la ménopause et j’ai vraiment l’impression de me trouver devant un grand virage qui se fait en moi sans que je l’ai décidé… et je n’ai aucune visibilité.

On me demande de faire mon portrait de Femme, j’avoue que ce n’est pas aisé dans cette période trouble.

Je réalise aujourd’hui combien je me suis donnée et combien je me suis oubliée

Mes enfants commencent à s’envoler : ma fille aînée, Leila finit ses études à Londres pendant que son frère Baptiste passe son Bac à Nice. Seule Marion, ma petite dernière, vit à la maison même si elle a hâte de s’en échapper. J’ai l’impression que mes bras de mère s’étirent au-delà des mers et je pressens que ce n’est qu’un début. Cela m’invite à revenir au centre, au centre de moi… mais qui suis-je ?

J’aime ma maison avec ses vielles pierres chauffées par le soleil de Provence. Elle est protégée par un tilleul qui m’abrite et me soutient. J’aime me laisser accueillir par son écorce rugueuse pour contempler les collines et la mer en me gorgeant de soleil.

Les montagnes du Mercantour nourrissent mon besoin de solitude et m’apportent leur puissance. Juste à la fonte des neiges, les bébés chamois encore tous patauds me font rire lorsqu’ils cabriolent sur la neige.

Je suis sage-femme de mon métier et j’accueille les bébés dans le nid douillet de leur maison. Mon métier m’a beaucoup appris sur cette période de la vie d’une femme, mais je réalise aujourd’hui combien je me suis donnée et combien je me suis oubliée.

Le père de mes enfants m’a quittée il y a 7 ans. Ce n’est pas facile, je crois, d’être le mari d’une sage-femme. Je partage quelques pans de ma vie avec Yann : j’y cueille de la douceur, de la joie, de l’amour… mais je crois que j’ai peur de m’engager plus avant. J’ai pris goût au calme et au silence et pour l’instant, je les savoure précieusement.

 

 

Étiquettes : , ,

Laissez-nous vos commentaires