Un blog dédié aux femmes

La pré-ménopause et ses questions

Lettre-manouella3
05 Fév 2014

La pré-ménopause et ses questions

Par Maïtie Trélaün dans Manouella

La pré-ménopause se glisse dans le corps de la femme sans faire de bruit amenant des changements dans sa vie. Après s’être consacrée aux autres, elle se retrouve face à elle … mais qui est-elle ? Qu’aime-t-elle dans la vie ? Qu’y a-t-il après la ménopause ? Découvrons dans cette  première lettre, ce que vit Manouella.

St Paul de Vence
le 5 Février 2014

Chères amies

Je ne sais trop comment vous appeler tant ce qui me lie à vous est inconnu pour moi. J’espère qu’amie vous ira pour cette première fois.

Je suis revenue lasse et nourrie à la fois de ce mémorable stage de danse. Je n’ai plus la forme de mes jeunes années et, même si j’essaye de ne pas y penser, je me rends compte que vieillir me fait peur car il rime, entre autre, avec flétrir.

Mes cycles de femme se sont taris depuis presque six mois laissant la place à un silence qui s’étire en moi comme une attente. Reviendront-ils ? Ne reviendront-ils pas ? Je ne sais. Tout est possible. C’est la pré-ménopause ! J’ai du mal à écrire ce mot tant il est vide pour moi, comme un silence ou même un immense point d’interrogation : que signifie être en  pré-ménopause ?

Tout doucement la vie bascule autour de moi.

Ce silence résonne avec le vide de la maison qui est devenue bien trop grande à présent. Je n’ai pas de nouvelles de Leila trop affairée à découvrir le monde. Baptiste est en plein Bac, il est plongé dans ses révisions et n’est pas revenu depuis bientôt 3 semaines. Marion se réfugie dans sa chambre qui, elle, n’a pas changée. Elle est en pleine adolescence, donc pas des plus bavarde. Je crois que son père lui manque.

Tout doucement la vie bascule autour de moi. Les enfants prennent doucement leur envol. J’espérais tant cela lorsque leurs demandes incessantes ne me laissaient pas une minute pour souffler. Je me perds maintenant dans le temps qui s’étire. J’ai l’impression de ne plus savoir avec quoi le remplir, de ne plus bien savoir ce que j’aime et ce dont j’ai envie … pour moi … simplement pour moi !

En même temps, je sens que quelque chose se prépare en moi, quelque chose qui m’échappe et me dépasse. C’est dans mon ventre, dans mon bassin, dans mes seins. C’est comme une forge qui tourne très lentement : elle porte en elle une impressionnante puissance. Le temps s’ouvre devant moi comme le sexe d’une femme qui met au monde son enfant. C’est à moi de dire : « J’y vais !». Mais je ne sais pas où ? Je ne sais pas comment ?

Je me trouve bien seule face à ces questions auxquelles il m’appartient de trouver les réponses. Pourtant j’aimerais me laisser porter par quelqu’un qui le fasse à ma place, qui me propulse là où je dois être. J’ai l’impression d’avoir déjà tellement donné que je suis épuisée; j’aimerais pouvoir m’abandonner en confiance dans les bras d’un homme… Je sais bien que c’est insensé !

C’est agréable et précieux pour moi, de vous savoir si proches.

Noémie, où te mène ton cœur ? As-tu revu James ? Et toi Camille, sens-tu qu’une vie bourgeonne en toi ?

Je vous serre tendrement sur mon cœur

Manouella

Laissez-nous vos commentaires