Un blog dédié aux femmes

Le jeu des saveurs

Lettre-manouella3
03 Juil 2014

Le jeu des saveurs

Par Maïtie Trélaün dans Manouella

Le rapport à la nourriture n’est pas toujours évident surtout lorsque l’on vit des changements qui nous bousculent. Manouella nous propose le plaisir d’un jeu de piste en réponse à certaines de nos envies… Et pourquoi pas ?

A Saint Paul de Vence,
l
e 2 juillet 2014

Bonjour, mes belles amies

C‘est toujours un enchantement de vous lire et de vous découvrir. J’ai l’impression que vous êtes tellement plus à l’écoute de vous que ce que je ne l’étais à votre âge, que cela m’impressionne. Qui serez-vous à mon âge ? Cet horizon m’enchante.

C’est un instant où le temps est en suspend et cela me nourrit profondément

C’est amusant comme tu évoques des questions que je me pose actuellement : que manger ? Quand manger ? Je me cherche, non pas pour garder une ligne mais simplement pour me sentir bien dans ma peau.
La ménopause modifie profondément mon corps dans la digestion, tant de ce que je mange, que de ce que je fais. Le moindre écart, me demande un temps de récupération beaucoup plus long qu’avant… mais bizarrement, ce n’est pas à cause de ce que j’ai fait, mais de comment je l’ai fait. Si je m’éclate en étant pleinement dans ce que je fais (et non pas en m’autorisant un “interdit”, donc en lâchant un barrage que je me mets), tout sera fluide, même après, quoi que j’ai mangé, même si je me suis couchée tard et que j’ai dansé comme une folle. Alors que si je fais 1/5 ème de tout cela sans y être vraiment… Je rame pendant 5 jours minimum en me sentant mal dans ma peau et en maudissant tous les dieux qu’on ne m’y reprendra plus !
Cela m’apprend à être présente à ce que je fais, mais ce n’est pas toujours évident et j’ai l’impression de tâtonner dans ce monde !
En fait, mes 5 sens m’aident beaucoup.

Par exemple, je vois un abricot. Il réveille des souvenirs d’enfance où je me suis régalée d’abricots bien mûrs. Du coup, je pourrais l’acheter et le manger… et je serai déçue car il n’est pas aussi bon que dans mon souvenir. Alors que si en voyant l’abricot, je ressens que j’en ai envie en ce moment. Mais de quel abricot ai-je envie ? Parfois c’est de n’importe quel abricot (comme si mon corps avait besoin d’un de ses constituants), parfois c’est d’un bon abricot, bien mûr… Celui-ci, je le savoure déjà. Du coup, je m’amuse à le laisser venir à moi. C’est un véritable jeu ! C’est comme si, où que j’aille, je capte la présence d’abricots même si je ne suis pas focalisée dessus (c’est comme quand vous souhaitez un enfant et que vous voyez des femmes enceintes partout). Je n’ai aucune frustration à ne pas le trouver… puisque je le savoure déjà, même sans l’avoir et que je sais qu’il m’attend quelque part. Je n’ai pas d’impatience non plus… en revanche, si j’en mange avant de le trouver, c’est clair pour moi que ce n’est pas lui… donc je ne peux pas être déçue.
En revanche, lorsque je le trouve : c’est un feu d’artifice ! Mes yeux perçoivent dans sa couleur les nuances qui parlent de sa maturité ; son odeur fruitée attise mes papilles ; mes doigts savourent sa texture avec délicatesse… Et lorsque je le porte à ma bouche, je me baigne dans cet univers qui me remplit. Je savoure chacune des bouchées et je termine par le noyau que j’aime garder en bouche pendant longtemps.
C’est un instant où le temps est en suspend et cela me nourrit profondément. Je ne pourrais pas manger 10 abricots, peut-être qu’un seul me suffit ; 2 ou 3 me permettront d’être rassasiée. Si j’écoute bien mon corps, cela me fait parfois un repas.
La même chose peut se passer avec un gâteau de pâtissier, ou un carré de chocolat… c’est le même processus : je l’appelle “le jeu des saveurs”.

Je ne sais pas si cela va répondre à mes envies de grignotages. Je vais voir… J’essaye, quand j’ai envie de manger et que je me jette sur la première chose venue, d’interroger mon corps : de quoi a-t-il besoin vraiment ? Et je suis étonnée de constater que ce n’est pas forcément de manger … parfois c’est de respirer, parfois c’est de soleil, parfois c’est d’un temps d’arrêt pour rêver… C’est toujours quelque chose pour moi !

Que faites-vous quand vous avez envie de grignoter ou que vous sentez que vous mangez pour vous remplir plus que pour répondre à une véritable faim ? C’est une vraie question pour moi, car parfois ça me pourrit la journée.
Je commence une cure vitale… je vous dirai la prochaine fois ce que ça donne !

J’ai hâte de découvrir vos trucs !

Je vous embrasse

Manouella

Laissez-nous vos commentaires