Un blog dédié aux femmes

Solitude en pleine Mère

Lettre-camille
06 Août 2015

Solitude en pleine Mère

Par Maïtie Trélaün dans Camille

Il n’est pas simple de poser ses limites et de les faire respecter. Bien souvent la femme s’oublie face aux autres et fait passer leurs besoins avant les siens. C’est ce que nous ont appris nos mères et nos grand-mères. Mais qu’en est-il de nous ? Comment pouvons-nous trouver nos marques ? 

Lyon,
le 5 août 2015

Hey les Miss

C‘est pas le plus fun en moi en ce moment.J’suis brassée, tiraillée… J’ai l’impression que tout le monde me demande et j’ai pas de temps pour temps, alors je m’étiole.

Et j’ai l’impression que cet appel aspire tout

Seb voudrait qu’on fasse plus souvent l’amour, qu’on passe du temps en amoureux.
Merlin a envie d’avancer et ne parvient qu’à reculer donc il râle.
Et moi j’suis là… Je sais pas si y faut que je cède ou que je les laisse gérer leur truc... Et j’avoue que j’en ai un peu marre. Je revois ma mère qui est toujours aux petits soins avec tout le monde. J’ai l’impression qu’elle nous pompe l’air. C’est comme si de tout faire pour nous, ça la faisait vivre.
Je supporte plus qu’elle soit comme ça avec moi ; j’ai l’impression d’être une môme. J’suis une mère ! J’suis mère comme elle !
En plus elle arrête pas de se plaindre qu’elle est crevée, qu’elle a jamais de temps pour elle… et elle sait pas dire non ! D’un côté ça m’arrange parce que je peux toujours compter sur elle pour Merlin ; mais d’au autre côté je culpabilise à mort parfois, parce qu’elle me dit que ça l’épuise. Et elle peut même pas dire non ! Elle me demande à moi de la prendre en charge aussi !
J’veux pas être comme elle, j’veux pas m’oublier, me perdre et ne vivre que par le biais de mes enfants. Mais je fais comment ! J’ai pas d’exemple, j’ai rien sur quoi m’appuyer. J’ai l’impression d’avoir tout à tester, à découvrir et j’ai peur ! J’ai peur de me planter, j’ai peur de planter mon couple, j’ai peur de pas bien faire pour Merlin, j’ai peur de tout rater… comme ma mère. J‘supporte pas quand elle me dit qu’elle est passée à côté de sa vie. Et en plus c’est vrai !
Je supporte pas de voir qu’elle sait pas se faire plaisir, qu’elle sait pas penser à elle, qu’elle ne se respecte plus et qu’elle s’épuise.
Alors, je me tourne vers moi et, dans ma solitude, j’essaie de m’écouter. Mais j’ai tellement l’impression d’être égoïste et qu’il faut pas quand on est mère. Pourtant, si je suis pas égoïste, c’est à dire si je ne prends pas soin de moi… qui le fera ? Et en plus, je ne peux pas être disponible aux autres… J’ai plus rien à donner si je suis vide. et à se moment-là, j’ai l’impression d’être au bord du gouffre et de hurler “Et moi, et moi !”. Et j’ai l’impression que cet appel aspire tout : ça c’est l’égocentrisme. Alors je préfère être égoïste.
J’ai décidé de laisser Merlin à Seb pendant un week-end et d’aller à la mer… Manoue, tu serais OK de me faire une petite place chez toi ?

Kiss, kiss

Camille

Pour aller plus loin

  • Coline 17 septembre 2015 at 21 h 50 min / Répondre

    J’ai l’impression que c’est moi aussi.
    Je vis cette douleur de mère qui ne peut pas toujours s’ecouter pour être au service de toutes et tous dans la famille. Et maintenant, je me rebelle, car intérieurement je suis en colère cela se ressent par mon entourage qui a l’air de ne pas apprécier mes états de fatigue par mon omniprésence pour satisfaire les enfants, petits enfants dans le quotidien..si je dis non, je suis interpellée car ce n’est pas mon habitude après tant d’années à donner, donner et à moi, je ne donne pas assez. Je n’ai pas eu ma mère pour me montrer l’exemple, ni mon père alors, je me suis formée pratiquement toute seule pour sauver ma peau. Mon seul souci a été de fonder une famille unie ce qui est réussi et cela est une grande joie, mais, je me suis oubliée pour que tout soit parfait.
    Merci de me dire où l’on peut trouver vos livres et où les commander. Bien à vous.
    Coline

    • Maitie 17 septembre 2015 at 22 h 41 min / Répondre

      Merci de votre témoignage Coline. Ce n’est pas facile de se construire lorsqu’on ne peut pas s’appuyer sur un père et une mère. Cette colère montre à quel point vous tenez à la vie et surtout à quel point la vie tient à vous. Elle vous dit que vous êtes précieuse et qu’il commence à être temps de revenir vers vous même si cela perturbe votre entourage qui a eu l’habitude de s’appuyer sur vous. C’est fabuleux tout ce que vous avez accompli même si vous ne pouviez compter que sur vous.
      Si vous souhaitez rencontrer votre colère, vous pouvez participer au stage que je propose pour la transformer… elle vous ramènera alors vers vous. Je propose aussi le produit numérique “Revenir sur vos Terres” qui apporte des outils pratiques pour tourner la page et revenir vers soi.
      Vous pouvez trouver mes livres sur mon site dans la rubrique “qui suis-je ?”
      Merci de votre intérêt pour ce blog et surtout, merci pour votre implication dans cet espace d’échanges.
      Maïtie

Laissez-nous vos commentaires