Un blog dédié aux femmes

Revenir à moi et faire confiance

Lettre-camille
11 Mar 2015

Revenir à moi et faire confiance

Par Maïtie Trélaün dans Camille

Que faire lorsqu’on est dépassé par les pleurs de son bébé et qu’on se sent impuissante ? Camille a réussi à changer sa manière de voir les choses… Qu’est-ce que cela apporte dans sa relation à son bébé ?

Lyon,
le 11 mars 2015

Hello !

Je me réalise qu’à vous lire je change sans m’en rendre compte. C’est comme si vous m’ouvriez un espace de créativité. En fait, vous me donnez envie de trouver mes solutions. C’est génial ! Et c’est supra cool en étant maman.

En fait, il me montre le chemin et c’est avec mon corps que je le saisis le mieux

La news de la semaine, c’est que j’ai réussi à regarder les pleurs de Merlin autrement, et ça me change la vie. J’avais mal au bide quand il pleurait tellement je me sentais impuissante, incapable. J’avais encore cette ombre de la mauvaise mère qui était là malgré ce que tu as pu m’en dire Manoue.
Pour moi, être mère c’était devoir répondre à tout, faire face à tout… et du coup c’était juste intolérable de pas savoir, de pas comprendre, d’être désemparée. Et du coup Merlin y pleurait de plus en plus… jusqu’à ce que …
J’ai craqué un jour où il pleurait vachement, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps. Il était dans mon lit, moi j’étais crevée, dépassée, submergée… et je me suis mise à lui parler, j’ai laissé coulé les mots. Je lui ai dit que je savais pas faire, que j’avais pas la solution et que je savais que lui y savait faire, que lui y pouvait trouver sa solution.
Il s’est arrêté de pleuré et il m’a regardée avec cette profondeur pleine d’amour. Il a souri comme s’il avait jamais pleuré. J’ai eu l’impression que le temps y venait de s’arrêter.
Et je me suis écoutée : “il avait les compétences pour trouver sa solution !” J’ai réalisé qu’en fait il avait pas besoin que je trouve ses solutions, il avait juste besoin que je sois là et que je trouve mes solutions.
Du coup, je l’ai vu comme quelqu’un de compétent. Pas dans le sens où avant il était incompétent, mais avant… il était un bébé… et là c’était un être humain, un être à part entière avec ses propres ressources. Cela m’a envolé un poids ! Et en même temps ça me renvoyait à moi, à trouver mes ressources pour trouver ma solution pour gérer mon impuissance.
J’suis toute émue depuis quand je le regarde ; je suis beaucoup plus attentive à ce qu’il me dit avec ses gestes et non avec ses pleurs ; je regarde où il pose ses mains même si j’ai l’impression que c’est aléatoire, je réalise que ça ne l’est pas. Il me montre des zones de son corps, des directions pour le tourner… plein de choses que je voyais pas avant, parce que pour moi y pouvait pas savoir.
En fait, il me montre le chemin et c’est avec mon corps que je le saisis le mieux.
C’est géant ! Je passerai mes journées à l’observer, à regarder comment il apprend la vie, comment il apprend mon monde… et en plus, il pleure beaucoup moins.
Voilà où j’en suis avec mon Merlin qui est de plus en plus un enchanteur

Kiss

Camille

Laissez-nous vos commentaires