Un blog dédié aux femmes

Je suis mère, c’est incroyable !

Lettre-camille3
03 Déc 2014

Je suis mère, c’est incroyable !

Par Maïtie Trélaün dans Camille

Il y a souvent un fossé entre ce que l’on imagine de notre rôle de mère avant la naissance et ce qu’il se passe après. Être mère, qu’est-ce que c’est ? Quelle est notre responsabilité face à cette vie qui naît et qui ne nous appartient pas? Découvrons les premiers pas de Camille dans cette phase de sa vie.

à Lyon,
le 3 décembre 2014

Hey vous,

Il est né ! Je n’en reviens pas ! Je passe mon temps à le regarder, à le toucher, à le bisouiller comme pour me persuader que c’est vrai , que c’est pas un rêve…

des larmes qui m’apaisent comme si quelque chose lâchait en moi

Et puis en même temps y’a cette peur sourde qu’il reparte. Je ne pensais pas qu’en donnant naissance à un enfant, on prenait tant conscience de la mort, du côté éphémère de la vie, de l’impermanence et de mon impuissance à influer cela.
Quelle responsabilité d’être mère ! C’est tellement précieux ce que je tiens dans mes bras lorsque je le porte, cela semble tellement vulnérable, tellement fragile et c’est en même temps tellement inconnu, mystérieux. Que se passe-t-il dans son corps, dans sa tête, dans son esprit ?

Quand je le contemple, j’ai l’impression que le temps est suspendu, qu’un espace s’ouvre où tout est précieux : chaque geste, chaque mimique, chaque son, chaque souffle. Comment découvre-t-il le monde ? Il me ramène à moi… j’ai tellement oublié tout cela … je suis juste incapable de savoir où je pose mes clés, d’écouter ma respiration, de me souvenir de ce que j’ai dit ou de ce qu’on m’a dit… Je suis un panier percé où la vie passe et ne reste pas… Alors que lui, j’ai l’impression que rien ne passe, tout est capté, enregistré, digéré, transformé…
C’est bien parce que je passe des heures à le contempler et cela me ressource, me remplit. c’est simple pour moi de lâcher tout le reste, tout ce qu’il y a autour. Il ne reste du monde que lui et moi. Moi qui l’accueille dans mon monde et lui qui y introduit un autre monde auquel il faut que je fasse de la place. Et en fait, cela ne repousse pas le mien… ça lui donne de l’espace… ça repousse juste le superflu. Il y a tant de superflu dans ma vie !
Et quand quelque chose ne va pas pour lui, c’est le monde qui s’écroule ! Quelle puissance ! Il rentre dans sa colère sans en laisser une miette… J’ai l’impression qu’il va exploser … mais même si petit, il tient cette puissance phénoménale ! Il y plonge sans crainte. C’est moi qui ai peur pour lui, pour moi. Je me sens toute petite à côté, je me sens impuissante, démunie tellement je ne sais pas ce qu’il se passe dans son monde, dans son corps. Je me sens responsable de son mal, et c’est intolérable… Mais suis-je vraiment responsable ? Je ne crois pas. Quand je me dis ça j’ai un côté mère indigne qui se rebiffe. Mais je ne peux pas être responsable puisque je fais du mieux que je peux avec ce que j’ai… Y’a pas de service après vente, alors il faut bien que je bidouille, que je teste, que parfois je foire… Mais quand je foire, il se rebiffe pas ! Si je mets mal la couche… y’en a juste plein partout ; si je le tiens mal, il grogne et je change de position. Il a une infinie patience pour me guider.
C’est autre chose sa colère, ça vient de plus loin, de plus profond et je sais pas ce que c’est. Souvent ça me fait pleurer, mais juste des larmes de tristesse, d’impuissance, des larmes qui m’apaisent comme si quelque chose lâchait en moi et s’ouvrait. Des fois je me demande si c’est pas ça qui le calme. Et quand il s’apaise, tout est posé… souvent il sourit comme si c’était merveilleux, un peu comme l’arc en ciel qui colore le ciel après l’orage. C’est si simple !
Et dire que moi j’ai peur d’exploser avec ma colère !

Je voulais vous raconter la naissance… et je suis partie ailleurs.
Il s’appelle Merlin et je suis fière, même si je suis creuvée ! Il est né le 26 novembre.

Je vous embrasse

Camille

Laissez-nous vos commentaires