Un blog dédié aux femmes

Désir d’enfant

Lettre-camille3
19 Fév 2014

Désir d’enfant

Par Maïtie Trélaün dans Camille

Lorsque l’attente transforme le désir d’enfant en calculs infernaux et que l’amour s’efface lentement au contact des larmes, la femme se perd submergée par ses émotions. Faire un enfant devient une quête dans laquelle on garde le mot “faire” et on délaisse “l’amour”. Découvrez comment le vit Camille.

à Lyon
le 19 février 2014

Salut les femmes

C’est bon de vous lire !

Clors déjà pour les news, j’ai rien dans le ventre et c’est pas la joie. Je commence à sérieusement douter de pouvoir avoir un p’tiot. Pourtant on fait tout pour avec Seb. On calcule le moment le plus favorable du cycle. On s’économise avant parce qu’il paraît que le sperme est plus fécond quand l’homme éjacule peu. J’avoue que je ne sais plus trop si on fait un enfant ou si on fait l’amour !

J’ai l’impression d’être
dans un mixer pleins d’émotions
qui me submergent.

Pour te répondre Noémie, mes règles n’étaient pas douloureuses, mais c’est vrai que je prenais la pilule.  Depuis 3 mois que je ne la prends plus, je ne sais pas ce qui est de ma déception de ne pas être enceinte ou du cycle. Je suis pleine d’espoir et tout excitée avant mon ovulation. Je plane un peu les jours d’après et puis j’angoisse et ça se finit en larmes quand je commence à saigner. J’ai l’impression d’être dans un mixer pleins d’émotions qui me submergent. C’est décapant !

J’ai peur d’ailleurs pour mon boulot parce que je sens que je suis moins efficace. Du coup je reste plus tard au bureau, je suis pas contente de moi et Seb s’en prend plein la tronche quand je rentre. C’est tendu entre nous et ça aussi ça me fait peur. C’est pas comme cela que j’imaginais concevoir un p’tiot.

Tes mots me touchent Manouella. Ma mère est à peu près dans le même passage et j’ai l’impression qu’elle s’accroche à moi. Elle est toujours là à me dire ce qu’il faut faire comme si j’en n’étais pas capable.  A te lire, je me dis qu’en fait elle a peut-être peur de lâcher cette partie de sa vie qui lui apporte une reconnaissance en tant que mère. Elle ne sait peut-être pas qui elle est en dehors de nous.

Et puis, même si je ne lui ai pas parlé de notre désir d’enfant, je sais qu’elle le sent. Je crois qu’elle a très envie d’être grand-mère, mais qu’elle a peur aussi.

C’est marrant comme je la vois fragile ma mère, comme si j’avais à veiller sur elle. C’est le monde à l’envers, non ! Moi je préfèrerai qu’elle me fasse confiance et qu’elle me dise de quoi elle a besoin, elle : qu’est-ce qu’elle attend de moi ?

Allez, je retourne à mes plans

By, by

Camille

Laissez-nous vos commentaires