Un blog dédié aux femmes

Occuper sa place en Femme au cœur de l’Univers

Femme-cheval
10 Sep 2015

Occuper sa place en Femme au cœur de l’Univers

Par Maïtie Trélaün dans Autour de la naissance, Bien vivre sa ménopause, Etre femme

Pendant des années j’ai eu l’impression de ne pas avoir de place et cela se vérifiait : lorsqu’il manquait une chaise quelque part, c’était la mienne, lorsque je me plaçais dans une salle pour un cours de danse, je n’avais pas mon espace car les autres venaient s’y mettre… J’avais cette impression de ne pas être vue, de ne pas être entendue… Et quand je parlais, ça bousculait, ça dérangeait, c’était mal placé… Alors j’ai préféré me taire, m’effacer… c’était plus simple !

Et pourtant aujourd’hui, mon nom est connu, les gens me reconnaissent à ma voie, à la couleur de mes cheveux… Ils m’ont vue, ils m’ont entendue… et ils en demandent plus, non pas que je brille, que je m’étale , que je me pavane… Non… les femmes me poussent à aller encore plus loin au cœur de moi, de me montrer dans mon authenticité.

Elles savent alors que c’est possible :

  • c’est possible de traverser ses peurs et d’en sortir vivante
  • c’est possible de se montrer sans envahir l’espace
  • c’est possible d’exposer sa beauté sans se mettre en danger
  • c’est possible de s’aimer au point de ne pas craindre le regard de l’autre
  • c’est possible d’affirmer qui je suis sans avoir à le justifier
  • c’est possible d’Être Femme au cœur de l’Univers et de rayonner avec simplicité
  • c’est possible d’être Reine et de ne pas se prendre au sérieux
  • c’est possible …

C’est possible parce que c’est le chemin que j’explore

Chacun de leurs pas contribue à l’émergence d’une ère nouvelle dans laquelle humanité rime avec dignité

Je n’ai jamais pu appliquer des méthodes. J’ai toujours fait créé mes propres chemins, mes propres manières de faire. Je suis toujours en chemin, me remettant en question, ajustant, innovant. J’ai une exigence impressionnante qui m’amène à trouver de plus en plus de simplicité et d’efficacité dans ce que je fais et ce que je propose.

Aucune école de danse n’a réussi à m’enfermer dans une technique. Aucune formation dans quelque domaine que ce soit n’a pu freiner mon originalité. Au contraire ,chacune l’a nourrie. Et pourtant, j’ai toujours été une élève bien sage.

Comment ai-je réussi à ne rentrer dans aucun moule et à ne rien sacrifier en moi ?

C’est déjà la relation que j’ai avec moi, la manière dont j’écoute et j’accueille mes sensations, mes émotions. C’est aussi ma détermination  à trouver des chemins fluides et pétillants en toute circonstance.

De plus, je n’ai pas peur de mes ombres, je n’ai pas peur de mes peurs.  Elles sont des portes d’entrées sur mon monde intérieur. Elles m’aident à suivre les chemins de mon corps.

J’ai réalisé avec le temps, qu’en fait je suivais le chemin du vivant en moi et que, même si je pouvais m’en éloigner, je connaissais les balises qui me ramenaient à sa source.

C’est ainsi que j’ai expérimenté de n’être ni mes émotions, ni mon histoire, ni mes douleurs, ni mon corps mais quelque chose à la fois au-delà et au cœur de tout cela. C’est lorsque j’ai pris conscience du cœur de mon univers intérieur, que j’ai commencer à occuper ma place à l’intérieur de moi. J’ai pu m’appuyer sur moi pour m’affirmer et me sentir à ma place. Dès cet instant, j’ai toujours eu une place dans les espaces où j’allais.

Ce chemin je l’ai tracé au fil de ma vie d’épouse, de mère, de fille de mes parents, de sage-femme, de compagne et de Femme. C’est dans mon quotidien que je l’ai rôdé, affiné, patiné, simplifié avec la même patience que celle qui me caractérisait lors de la mise au monde d’un enfant. Et en même temps, avec une exigence implacable ourlée de bienveillance.

Et aujourd’hui, j’accompagne les femmes sur leur chemin, je leur apprends à lire les pages de leur corps, à s’accueillir, à s’aimer tout en se remettant perpétuellement en question. Je les amène à dialoguer avec l’univers, à faire confiance à ce qui les guide pas à pas vers leur source de Femme, vers leur essence et à l’incarner pleinement dans le monde.

Pour cela j’utilise le cycle, qui est l’expression même de la vie dès lors qu’il se place sur une spirale évolutive. Le cycle contient tout, l’alpha et l’oméga et le passage de l’un à l’autre et de l’autre à l’un.

Nous sommes animées par nos cycles intérieurs et leurs saisons 

  • le cycle de la vie avec ses grands passages de la naissance à la Terre, la puberté, la ménopause et la naissance au Ciel
  • le cycle menstruel qui nous parle de notre projet de vie : naissance, germination, maturation, expression et exposition, récolte, célébration, ajustement, transformation, séparation…
  • le cycle de la maternité qui s’appuie sur la vie d’un autre pour ouvrir encore davantage les chemins de vie de celle qui le porte

Nous sommes influencées par des cycles extérieurs à nous 

  • le cycle de la Terre nous exprime les spécificités de chaque saison et en même temps la diversité de l’expression de chacune : elle nous parle de notre humanité.
  • le cycle de la Lune rayonne sa perfection à saveur d’éternité : elle nous parle de notre part divine, sacrée.
  • le cycle jour-nuit nous appel à être présent à l’instant : il nous parle d’impermanence.

Et j’ai la joie intense de contempler la naissance de ces Femmes dans toute la beauté de leur royauté et toute l’espièglerie de leur enfant intérieur. Elles incarnent à la fois la maturité et l’innocence, la puissance et la vulnérabilité, l’impermanence et l’éternité. Je suis à chaque fois touchée par cette détermination et cette confiance dans chacun de leurs pas alors que je sais qu’elles ne savent pas où cela les mène si ce n’est qu’elles se sentent vivantes, pétillantes… Elles osent miser sur elles.

Lorsque je me décale un peu comme si je regardais d’un peu plus haut, je vois le chemin qu’elles ouvrent : leurs compagnons qui se redressent à leur contact, leurs enfants qui grandissent en pétillant, les femmes qu’elles croisent qui réveillent quelque chose en elles qu’elles ne peuvent plus enfermer… Je réalise que chacun de leurs pas contribue à l’émergence d’une ère nouvelle dans laquelle humanité rime avec dignité.

Si l’on m’avait dit lorsque j’ai décidé d’être sage-femme que cela m’amènerait là, je ne l’aurai pas cru, cela aurait été inimaginable pour moi. De la même manière que je ne peux imaginer où cela va m’amener… Ce que je sais c’est que c’est beau.

Si vous voulez être de celles-là, de ces femmes qui reviennent à leur source pour arroser leurs graines et fleurir en s’offrant aux rayons du soleil, vous pouvez encore soit en lisant mon livre “les trésors du cycle de la femme” qui vous donne des bases, mais surtout en vous offrant la formation Laüna qui transformera votre vie.

J’aime comme elles en parlent, alors je leur laisse la parole 

“Une année qui m’a permis de revenir à ma source, à mon cycle de femme, à mon essentiel. J’ai aujourd’hui les outils pour rayonner pleinement la femme que je suis, que je deviens chaque jour un peu plus. Mon univers s’est ouvert, élargi… Plus en harmonie avec les cycles des saisons, de la lune… Plus en sécurité, plus pétillante, plus respectueuse avec moi-même et du coup avec mon entourage… plus de fluidité dans mon couple, dans mon quotidien… Cette année… c’était juste… WAH !!!” Caroline

Corinne de son côté prend un virage décisif :
“Tout au long de cette année, je suis allée à la rencontre de moi-même. Je me suis accueillie et reconnue en tant que femme, avec ma vulnérabilité, mes colères, et les espaces où je ne me respecte pas.
C’était comme explorer mon propre monde intérieur, en même temps énormément en lien avec le groupe de femmes dans lequel j’étais. Vivre cette aventure au sein d’un groupe de femmes m’a aidée à sentir que je n’étais pas seule sur le chemin. Aujourd’hui, à presque quarante ans, j’ai envie de prendre ma place dans le monde, de faire partie de celles qui sont devant, qui n’ont pas peur de se montrer. Cette année de formation m’a aidée aussi à me lancer dans le projet professionnel qui me tenait à cœur. Je suis plus sereine sur tous les plans. Je suis heureuse d’être pleinement une femme.”

Et vous, que direz-vous ?

Pour aller plus loin

Les articles

Les web-conférences

Livres

Les accompagnements numériques

Stages et formations

Laissez-nous vos commentaires