Un blog dédié aux femmes

Et si être Mère menait à être Femme ?

Femme-mere
01 Avr 2014

Et si être Mère menait à être Femme ?

Par Maïtie Trélaün dans Autour de la naissance

Être Femme, c’est être pleinement soi dans l’harmonie de son propre couple masculin-féminin. La Femme s’exprime au travers de différentes facettes qui lui sont proposées au cours de sa vie : l’amante, la mère, la sœur, la femme sociale, la femme nature, la spirituelle, la solitaire, la femme sage, la guérisseuse, … Ces facettes s’enrichissent l’une l’autre, se complètent même s’il est parfois difficile de les exprimer dans le même temps. Être Femme, c’est être la totalité de cela comme chacune spécifiquement : c’est être au centre, au centre de son cycle, au centre de sa vie, au centre de ses facettes.

 

Lorsque la femme expérimente une facette, les autres, parfois, lui laissent de la place, voire s’effacent complètement. Peut-être qu’en devenant mère, la femme lâche sa facette sociale, sa facette solitaire, qu’elle n’a pas encore exploré la femme sage, que l’amante se transforme… Elle met en avant une carte de son jeu pendant que les autres passent plus ou moins à l’arrière plan. Si elle s’identifie à certaines de ses facettes, elle aura l’impression de se perdre ; alors que si elle reste au centre, elle aura confiance dans sa capacité à pouvoir exprimer n’importe qu’elle facette quand c’est le moment approprié.

Et si la maternité était un chemin qui mène à la Femme que vous êtes ?

C’est comme si elle était au centre d’une pièce avec des fenêtres qui ouvrent dans toutes les directions ; la femme peut regarder par une fenêtre sans que le paysage qui est de l’autre côté s’efface. Il lui suffira d’y revenir pour le retrouver; peut-être que ce ne sera plus le même temps, ni la même saison, mais ce sera toujours le même paysage. 

C’est ainsi que la femme pourra donner toute sa place à l’une de ses facettes si cela est nécessaire. C’est souvent ce que l’enfant réclame : il attend de sa mère qu’elle soit totalement mère pour pouvoir prendre appui afin de s’envoler.

 

Bien des femmes me demandent de les accompagner après leurs maternités afin de les aider à trouver le chemin de leur “femme sociale”: qui sont-elles ? Qu’ont-elles envie de faire pour elles-mêmes ? Quel sens donner à leur vie en dehors de leurs enfants ? … Elles ont souvent l’impression qu’elles se sont perdues dans la maternité, qu’elles ne retrouvent plus ce qu’elles étaient avant… Effectivement, le passage de leurs enfants, dans leur corps, dans leur bras et dans leur cœur les a amené à lâcher ce qu’elles croyaient Être (et qui n’était souvent qu’un paraître conventionnel), pour revenir vers elles avec plus d’authenticité. Du coup, elles ont perdu leurs repères, sans se rendre compte que c’était des repères égotiques.

 

L’enfant arrive dans notre vie de Femme et nous met en mouvement vers la mère dont il a besoin. Dès que quelque chose n’est pas à sa place dans notre système, il le pointe et appuie dessus jusqu’à ce que nous le retournions. Alors que nous cherchons à éduquer nos chérubins, nous réalisons qu’ils sont, en fait, nos maîtres. Osho l’exprime dans son livre Intimité : “Le bébé lorsqu’il arrive nous enseigne la vie et nous nous efforçons à lui apprendre la mort !”. Ce phénomène est accentué par l’avènement des nouveaux enfants.

Donc devenir mère est une moyen très puissant de revenir vers soi, même si la femme à l’impression qu’elle n’a pas de temps pour elle.

Et si la maternité était un chemin qui mène à la Femme que vous êtes ?

 

La grossesse

Suivre votre intuition

Elle vous amène plus ou moins rapidement à lâcher prise avec l’extérieur : parfois c’est dès les premiers instants, parfois c’est plus progressivement au fil des mois. Plus vous consentirez à suivre le rythme que vous inspire cet état, plus la grossesse se déroulera simplement et plus vous vous préparerez à ce qui va suivre.

En fait la grossesse, vous amène à mettre au repos votre cerveau analytique et rationnel (donc masculin) pour vous ouvrir à votre cerveau intuitif (donc féminin). C’est un fabuleux moyen d’explorer des manières de faire que la société ne nous invite pas à développer. Ainsi vous découvrirez que vous avez une connaissance innée de ce qui est bon ou pas pour votre bébé. Vous découvrirez peut-être aussi votre facette “guérisseuse”. 

Mais surtout, ce changement de fonctionnement du cerveau qui est impulsé par le placenta, exacerbe votre Femme Sauvage. Il vous est donc plus facile de l’écouter et d’avoir confiance en vos perceptions. C’est elle qui guide vos pas au plus juste de votre énergie de vie, donc au plus juste de qui vous êtes véritablement. 

Vous respecter

L’ouverture progressive de votre corps, le met en vulnérabilité. Cela augmente vos sensations et vous pousse à les écouter. Or votre corps vous parle en instantané et ne sait pas mentir.  Il vous exprime dés que vous ne vous respectez pas, dés que vous êtes en prise avec des facettes égotiques, … C’est votre plus puissant guide en développement personnel et la grossesse vous permet de connecter avec lui. C’est aussi en apprenant à l’écouter que vous vous préparerez de manière surprenante et simple à accoucher naturellement.

Reconnaître ce qui est essentiel

Plus la grossesse avance, plus votre rythme ralentit vous incitant à aller à l’essentiel, c’est à dire ce qui est essentiel pour vous. Qu’est-ce que vous avez envie de faire ? Qu’est-ce qui vous fait plaisir ? Qu’est-ce qui vous nourrit ?  Il n’est pas rare que des femmes ressortent de leurs cartons des passions de petites filles que leur vie de “femme sociale” avait mises de côté ; il n’est pas rare que ces passions ouvrent en elles une nouvelle orientation de vie davantage en lien avec leurs valeurs qu’avec leurs croyances.

 

De quoi avez-vous besoin pour vous autoriser à mettre ce temps à profit pour aller un peu plus vers cette Femme que vous êtes et que vous cherchez ?

 

L’accouchement

Exprimer votre masculin-féminin

Ce passage bouleversant de votre vie vous offre la possibilité de connecter autant votre vulnérabilité féminine par le lâcher prise et l’abandon dans ce que j’appelle une “passivité active” pour permettre l’ouverture, que votre puissance masculine pour mettre au monde votre bébé lors de l’expulsion. 

Avoir confiance en vous et en la vie

Il pousse au maxima l’écoute de votre corps et de votre connaissance intuitive vous permettant de découvrir que “vous savez” sans jamais avoir appris. Vous prenez confiance dans votre ressenti, vous découvrez des chemins pour vous affirmez envers et contre tout et, au moment le plus critique que j’appelle le stade de la désespérance, vous vous ouvrez dans tous les espaces de votre corps avec une incroyable foi en la Vie.

Contacter votre puissance

L’accouchement, lorsque vous avez la chance de le vivre de manière physiologique, vous permet de connecter avec la pleine puissance de la femme que vous êtes même si cela vous impressionne.

De quoi avez-vous besoin pour oser vous lancer dans un accouchement naturel ? 

Pour celles qui veulent aller plus loin, je vous invite à lire mon livre “J’accouche bientôt : que faire de la douleur ?” qui a aidé des milliers de femmes à vivre l’accouchement qu’elles n’osaient espérer : un accouchement naturellement simple et puissant.

 

L’après-naissance

L’accouchement vous pousse vers une ouverture maximale qui vous laisse dans une extrême vulnérabilité, comme si vous étiez sans résistance. C’est le moment où je vous invite à vous laisser aller complètement vers cette facette maternelle, sans avoir peur de vous y perdre.

Vous aimer inconditionnellement

La fusion est indispensable pour votre bébé. En vous offrant à lui sans retenue, vous vous ouvrez à l’amour inconditionnel. Inconditionnel veut dire “sans condition” : “je t’aime qui que tu sois et quoi que tu fasses”, de même que “je m’aime quoi que je fasse”.

Le bébé vient au monde riche de cet amour inconditionnel. Quoi que vous fassiez et quelle que soit la manière dont vous le faites, il vous accueille et vous aime. C’est presque la chose la plus difficile pour une mère, d’être aimée inconditionnellement là où elle ne s’aime pas.

Peu importe ce que vous faites à ce moment-là, il n’y a pas de mauvaises, ni de bonnes manières de s’y prendre avec un bébé ou un enfant. Il importe plus pour lui que vous soyez cohérente avec vous-même et que vous vous aimiez inconditionnellement même en lui donnant la fessée, que de chercher à correspondre à une quelconque idéologie en vous faisant violence et en culpabilisant de ne pas y parvenir comme vous le souhaiteriez.

Accueillir votre vulnérabilité

De plus, comme vous êtes dans une hyper vulnérabilité à cette période de votre vie, cela vous amène à vous aimer jusque dans cet espace-là.

De quoi avez-vous besoin pour accueillir cette femme que vous êtes avec son corps qui vient de donner la vie et qui est encore tout dilaté, avec son cœur qui est submergé par les émotions, avec sa tête qui ne sait plus quoi faire, avec son incapacité à tout gérer,… ? De quoi avez-vous besoin pour vous aimez jusque-là ?

 

Devenir mère vous a donc donné la possibilité de :

  • Suivre votre intuition 
  • Vous respecter 
  • Reconnaître ce qui est essentiel 
  • Exprimer votre masculin-féminin 
  • Avoir confiance en vous et en la vie 
  • Contacter votre puissance 
  • Vous aimer inconditionnellement 
  • Accueillir votre vulnérabilité.

C’est riche de tout cela que vous avez la possibilité d’apprendre à cultiver chacune de ces perles en revenant progressivement au centre de vos facettes vers la Femme que vous êtes. C’est au moment où votre enfant se déplacera par ses propres moyens (à 4 pattes ou debout) qu’il libèrera un espace de vous qu’il vous suffira d’attribuer à cette Femme que vous êtes.

 

Il est malheureusement souvent plus facile de se laisser aspirer par ce qui est à faire que de se positionner pour cultiver ce qui est essentiel pour soi.

 

Et si, me direz-vous, vous n’avez pas vécu une grossesse, un accouchement ou des suites de couches riches de ces perles, que pouvez-vous faire ? Votre corps a gardé en mémoire tout ce que vous avez vécu, donc tous les espaces où vous avez résisté inconsciemment (même si vous avez l’impression que c’est lié à un tiers). Vous les reconnaîtrez parce qu’ils portent la marque du regret, du remord, de la douleur, de la colère, de la tristesse… Ce sont autant de portes qui vous donnent accès à ces perles. Il n’est jamais trop tard pour les ouvrir.

 

C’est pour vous accompagner dans ces chemins vers la mise au monde de cette Femme que vous êtes que j’ai quitté le métier de sage-femme pour aller vers le coaching thérapeutique.

Pour aller plus loin

Les articles

 

Laissez-nous vos commentaires